Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la lorgnette d'evelyne

la lorgnette: un dimanche d'été

26 Janvier 2010 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

C'était début  juillet dans les secrets du Parc de Sceaux, un dimanche très joyeux et très particulier: tournage photo en préparation d'un prochain spectacle (novembre 2013).

la-lorgnette 3323

Pourquoi cette séance?

Pour illustrer un spectacle: récital chant-piano, sur des musiques de Franz Schubert.

Schubert: sa musique fait complètement partie de mon enfance, puisque j'ai eu la chance à l'école élémentaire d'avoir un maître très amateur de musique qui nous faisait chanter les lieder de "La Belle Meunière" en français. Ces séances, je m'en souviens encore avec émotion tant elles m'apportaient une ouverture, un plaisir musical intense, et une conscience de l'univers du chant. J'habitais dans un village un peu perdu, et je trouvais cette musique en parfaite harmonie avec mon univers: la campagne, les champs, les arbres, la nature grande et simple... Je pense que c'est en partie pour ça qu'elle avait une telle résonnance en moi. Aussi, quand j'ai souhaité illustrer certaines séquences du prochain "Goûter Lyrique" par un montage photo, c'était comme une évidence de créer un moment d'été un peu intemporel dans la chaleur douce de la campagne. 

la-lorgnette 3226

prises photos: Gilles Michelet

conception, montage et réalisation: Evelyne Brun

  Merci de tout coeur à mes joyeux acteurs:

Alicia, Anaïs, Antoinette, Chrystelle, Esteban, Florimont, François,      So-yeon, Yann

pour m'avoir suivie dans ce projet avec autant d'enthousiasme.

A voir et entendre:

Rendez-vous le 24 novembre 2013  à 17h00

(Goûter Lyrique 5ème édition)

Lire la suite

la lorgnette: merveilleuse Alexandra

26 Janvier 2010 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

Je parle d'Alexandra Lamy, merveilleuse comédienne, dans:

La Vénus au Phacochère de Christian Siméon.

vz-DC8E12E8-69C2-40FE-BF91-A4384D2046E8

J'apprécie depuis longtemps Alexandra Lamy dans ses registres comiques.
Ici c'est pour moi une révélation: grande comédienne de théâtre avec diction et projection de voix excellentes (c'est la prof de chant qui parle!). Beaucoup de maîtrise puisqu'elle joue trois rôles en même temps, rôles très caractérisés avec changement de ton de voix, changement d'allure corporelle pour chacun, et beaucoup de générosité.

La pièce débute comme une saga livresque avec plein de personnages, de situations, et on se demande comment on va tout ingurgiter... puis petit à petit sans même s'en rendre compte on se trouve emporté dans cette histoire à  tiroirs, pleine d'esprit,  émouvante et angoissante, qui dégage un "je ne sais quoi" d'inéluctable.

Il est intéressant de constater que l'auteur, Christian Siméon, est sculpteur et auteur dramatique. J'ai en effet été touchée par son écriture qui souligne constamment le rapport à la matière.

Je cite:"La Vénus de Christian Siméon nous embarque dans un tourbillon, évoquant tour à tour les penseurs, les artistes et les grandes figures qu'elle côtoie, pour mieux, peu à peu , se recentrer sur cette proximité érotique qui la lie à Edwards, l'homme-phacochère qui la respire comme un parfum, l'homme qui va l'acheter, elle qui n'était pas à vendre".

Je suis très sensible à la grâce.

Alexandra Lamy a la grâce, avec son corps, son visage et sa voix:

remarquable !

Mise en scène et scénographie: Christophe Lidon, assisté de Sophie Gubri

Lumières: Marie-Hélène Pinon, assistée de Lucie Joliot

Son: La Manufacture Sonore

Théâtre de l'Atelier

Paris

3 juillet 2013

Lire la suite

la lorgnette: fiction ou réalité ?

26 Janvier 2010 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

C'est le propos du spectacle "le Porteur d'Histoire": cinq personnages qui virevoltent entre plusieurs dimensions. C'est à la fois jubilatoire et perturbant car on perd régulièrement la notion de l'espace temps.

S'ouvrent alors les questionnements : où commence l'imaginaire? où finit le réel ? où se situe la réalité? notre réalité ?

J'ai été très interpellée par le traitement de ce propos. Dans un esprit créatif les deux univers sont forcément liés car ils apportent chacun leur part au processus créatif.  Je trouve très réjouissant que la frontière soit aussi floue, réjouissant car sans limites...

Il y a tout:  une direction d'acteurs très détaillée, éblouissante - des comédiens fluides et rebondissants, excellents - des lumières qui construisent les espaces avec vivacité, c'est un spectacle rare, qui ne peut laisser indifférent.

le Porteur d'Histoire

Une création d'Alexis Michalik

Artistes: 

Magali Genoud ou Justine Moulinier, Amaury De Cra Yencour, Regis Vallée,

Evelyne El Garby Klaï, Eric Herson-Macarel, 

Metteur en scène: Alexis Michalik

Leporteurdhistoire2

Studio des Champs-Elysées - Paris - mardi 30 avril 2013

Lire la suite

la lorgnette: chronique de Claire

26 Janvier 2010 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

Capture d’écran 2012-12-18 à 11.47.02

Je connais et apprécie Claire depuis fort longtemps puisqu'elle a été notre "baby sitter de rêve" pendant 5 ans. Mon fils la réclame d'ailleurs immédiatement dès qu'il y a une impossibilité avec l'actuelle garde... C'est dire si nous avons construit au fil des années un lien de grande estime mutuelle. Je suis donc particulièrement à l'écoute de son parcours original. Après une licence de théâtre, elle est en train de terminer son brevet professionnel de libraire et le mois dernier j'ai découvert sa première chronique qui m'a énormément fait rire. La seconde est tout aussi réjouissante, la troisième vient de paraître....

 (fréquence de parution prévue tous les 15 jours).

link

1-La vieille dame qui ne voulait pas mourir avant de l'avoir refait

2-Comme une bête

3-Claire vous souhaite un Joyeux Noël avec le Père Noël est une ordure

Claire présente sa chronique avec beaucoup d'humour, décoiffe gentiment la componction et le politiquement correct associés à l'intellectualisme littéraire... et démontre que tout est possible quand l'amour pour la littérature est aussi palpable. Ses choix sont inattendus, on rêve juste d'avoir un peu plus de temps pour se lancer dans les pistes proposées...

Je cite: "la lecture c'est aussi quelque chose de super fun!" 

A consommer sans modération.

décembre 2012

Lire la suite

la lorgnette: les bonheurs de la rentrée parisienne

26 Janvier 2010 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

     Premier bonheur: Edward Hopper (au Grand Palais)

L'exposition hyper médiatisée des oeuvres d'Edward Hopper (1882-1967) est une véritable compensation à la grisaille actuelle. Je piaffais pas mal à l'idée de cette exposition car j'aime énormément la peinture "théâtrale"de Hopper. C'est un univers que je trouve à la fois familier et étrange. Familier, car les sujets sont réalistes, issus de la vie quotidienne, maintes fois vus en photographies, films... même si c'est d'une autre époque. C'est typiquement américain, associé à la génération pop. Le côté étrange vient de la sensation d'immobilité de la scène, de "temps suspendu". C'est d'une apparente simplicité de lignes, d'une palette harmonieuse de couleurs, très fluide, et finalement cette simplicité est  beaucoup plus complexe passé le 1er degré, l'univers pouvant être appréhendé sereinement ou beaucoup moins...

On y trouve aussi ses gravures, ses illustrations et quelques aquarelles très réussies: j'aime tout !

(15 octobre 2012)

6

un moment hors du temps- à voir absolument malgré l'affluence (réserver impérativement sur internet)

Deuxième bonheur: West Side Story (au théâtre du Châtelet)

C'est Broadway à Paris ! On connait par coeur tous les "tubes" de Bernstein. En live c'est un vrai bonheur car la troupe américaine est constituée comme ils savent si bien le faire de merveilleux danseurs en même temps excellents chanteurs. Les chorégraphies originales, époustoufflantes, n'ont pas pris une ride. Il y a une énergie invraisemblable et très communicative surtout dans la 1ère partie. Avec les différentes distributions on ne sait pas très bien quels sont les noms des solistes. J'ai trouvé Maria formidable, très belle voix, très beau légato, et j'ai  été vraiment enthousiasmée par la chanteuse qui assurait le rôle d'Anita, qui a aussi une partie chorégraphique très intense qu'elle assure avec brio.

westsidestory b

C'est très rafraichissant de voir à Paris ce niveau de qualité dans la comédie musicale. J'exècre les productions asseptisées du théâtre Mogador où les chanteurs sont la plupart du temps catastrophiques, les traductions françaises insipides, ce qui donne une idée totalement fausse du "musical".

Bravo à la direction artistique du Théâtre du Châtelet pour cette programmation, qui va se poursuivre avec des oeuvres moins connues tout au long de la saison.

(1er novembre 2012)

La jolie surprise: L'opéra dans tous ses états

12-13 image 26-2

Le petit théâtre le Funambule, à Montmatre, a présenté ce spectacle d'opéra/comique pendant quelques semaines.
J'y suis allée après avoir visionné un clip qui m'avait emballée, et le moins que je puisse dire c'est que je n'ai pas été déçue: 1h15 de beau chant mélangeant Mozart, Messager, Offenbach, Rossini....dans une mise en scène totalement déshynnibée et dynamique, des moments d'une drôlerie irréssistible: l'opéra vu avec humour et beaucoup d'amour. Deux jeunes chanteurs suisses: Leana Durney et David Autieri, qui investissent totalement l'espace scénique,  jouent et chantent avec conviction, et le talent de showman de "Davide" est absolument remarquable...

(27 octobre 2012)

405208 448741305178406 1762039772 n

A suivre avec beaucoup d'intérêt (www.comiquopera.ch)

Et en vrac:

- l'exposition Canaletto-Guardi au Musée Jacquemart-André: superbe !

- la reprise du spectacle Danseurs de cordes par le Quatuor aux Bouffes Parisiens, un grand moment de rires  et de clins d'oeil musicaux en tous genres...

- la sortie de Skyfall ça ce n'est pas particulièrement parisien !): un Bond excellent de bout en bout, scénario-bande son-acteurs... avec un Daniel Craig d'une virilité à tomber par terre. Comme dirait mon amie Virginie: "Ah Daniel ! on n'en croise pas tous les jours dans la rue des comme lui".... un des meilleurs Bond (et je les connais tous, j'adore). 

 VIVE LA RENTREE !

Lire la suite

la lorgnette: NY 2012, mes coups de coeur

26 Janvier 2010 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

Une chose qui m'éclate particulièrement à New York ce sont les orages d'été. On marche le nez en l'air, il fait super chaud, et en dix minutes le ciel s'obscurcit, le vent brutal tord les arbres, la ville se transforme en fin du monde et des trombes d'eau s'abattent. S'il y a bien un endroit au monde où la puissance humaine est palpable c'est NY, et pffft...d'un coup d'orage la nature reprend ses droits: j'adore!  Le truc bien éclatant c'est de ne pas l'avoir prévu, d'être noyé sous l'eau en un temps record et de se sentir soi-même un peu liquide. J'ai en mémoire corporelle cette sensation de liquidité alors que je ne voyais plus rien à un mètre devant moi, perdue sur mon vélo dans Central Park... 

DSCN0699

Une de mes amies me disait récemment: "mais qu'est-ce que tu peux bien faire à NY pendant trois semaines?" Pour moi c'est une ville où les possibilités sont tellement multiples et diversifiées que je pourrais y séjourner beaucoup plus longtemps et continuer à faire de nouvelles découvertes inattendues. Bien-sûr j'ai quelques lieux privilégiés qui sont comme des rendez-vous magnifiques. Je pense en particulier à la Frick Collection qui est à chaque fois un moment de grâce absolue dans mes deux salles fétiches: Fragonnard et Boucher. (Je suis inconditionnelle de la peinture de Fragonnard depuis mes années d'Histoire de l'Art, de la délicatesse des mouvements, de la poésie des scènes, de l'élégance lumineuse des tissus et des couleurs, c'est un moment d'exception). Je pense aussi au bar tournant "The View", au 48ème étage du Marriott  (Times Square). Bon, c'est un peu un truc de fille, on y va le soir déguster un "cosmo", pomponnée jusqu'au bout des ongles, et on refait le monde joyeusement avec NY qui scintille à nos pieds (chère Elise, quel plaisir d'avoir partagé ce moment avec toi). Je pense aussi aux grands shows de Broadway... la liste est longue !

J'aime marcher et marcher et marcher et je continue à m'émerveiller de ce gigantisme, de ces impressions d'infini, de ces odeurs de mer qui vous prennent par surprise, de cette agitation incessante, et surtout, surtout, je ne cesse de m'enthousiasmer pour mon quartier de prédilection, mélange populaire-bobo-chic:

DSCN0528

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes coups de coeur 2012 à Brooklyn:

DSCN0482

- Ne manquez pas d'aller assiter à un concert de musique classique sur la barge music. C'est dans le très très charmant quartier Dumbo, entre les ponts de Brooklyn et Manhattan, un quartier un peu improbable, très style industriel, délicieusement aménagé au bord de l'East River. Je ne suis pas prête d'oublier Mark Peskanov jouant la 1ère sonate pour violon seul de Bach, avec en arrière plan la vue cinématographique sur Manhattan downtown, la péniche qui tangue au passage des bateaux et les klaxons incongrus des ferrys....

DSCN0303

- Ne manquez pas d'aller dévaliser Brooklyn Industries. Heureusement il y a un outlet dans le quartier de Williamsburg, alors on fait chauffer la carte bleue sans états d'âme: une mine pour petits et grands "branchés" de tee-shirts super originaux, de vestes à tomber, de sacs... 

DSCN0614

- Ne manquez pas de vous balader sur la 5ème et la 7ème avenues dans le joli quartier Park Slope. La 5ème est plus populaire, la 7ème plus bobo, toutes les deux très animées dans une ambiance décontractée, avec plein de petits bars et restos très sympas. 

(conservatoire de musique)

DSCN0579

- Ne manquez pas de prendre votre maillot de bain pour aller à la plage au sud de Brooklyn, à Brighton Beach. La sortie du métro (aérien) est saisissante car le métro recouvre l'avenue principale (on a l'impression d'être dans un vieux film). On se trouve en plein quartier russe, les vieilles dames ont sorti leurs chaises et devisent devant leur porte, on mange du borscht, c'est populaire et familial: un charme fou. Après la baignade on "fait les planches", c'est à dire qu'on longe la plage sur une belle promenade jusqu'à Coney Island. C'est magnifique, loin mais pas trop et l'arrivée sur la plage de Coney avec le fameux Luna Park au bord de la mer, c'est quelque chose! Et cerise sur le gâteau: et bien on fait comme tout le monde et on achète les fameux hots dogs de Nathan's, il paraît que ce sont les meilleurs

 top secret: pour les réfractaires on peut aussi y manger des clams, excellentes: j'ai testé ....

DSCN0571

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                               bye-bye Brooklyn

 
Lire la suite

la lorgnette: été 2012 - n°3

26 Janvier 2010 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

Avant de quitter Paris...

N'allez surtout pas voir la Vie Parisienne au Théâtre de Paris, rue Blanche.
C'est pour moi du jamais vu. Certes à la base je ne raffole pas du travail d'Alain Sachs, le metteur en scène, donc je savais prendre des risques sur ce choix, mais je ne m'attendais pas à un tel niveau de médiocrité. Je ne comprends pas comment on peut choisir de monter un ouvrage lyrique (même s'il s'agit d'opérette) sans chanteurs professionnels. Contrairement à ce qu'on peut penser en écoutant les mélodies d'Offenbach c'est une musique délicate à chanter qui nécessite un vrai savoir faire technique. Sur ce spectacle les chanteurs sont remplacés par des danseurs et instrumentistes alors ça bouge dans tous les sens mais l'essentiel qui est quand même la partie chant est catastrophique, criard, pas juste et inconsistant. Même si c'est une bonne idée de transformer les instrumentistes en chanteurs et en danseurs, ça fonctionne si les artistes sont performants dans tous les domaines, ce qui là n'est absolument pas le cas. Tous les tempi, sans exception, sont trop lents et enlèvent tout le pétillant de cette musique, et ce pétillant n'est pas compensé par les danseurs qui bougent bien mais chantent péniblement leurs airs, avec tout un tas de coupures et d'arrangements puisqu'ils sont bien évidemment incapables de les chanter tel qu'ils sont écrits. Alors à quoi ça sert ? et bien mystère, car ce n'est pas plus grand public que les spectacles de Savary (je pense aux séries de l'Opéra Comique il y a quelques années), qui étaient d'un tout autre niveau musical. On est malheureusement dans un nivellement par le bas. A mon sens A.Sachs n'a absolument rien compris à l'essence même de cette oeuvre, qui est drôle, fantasque, pleine d'humour et très tonique. N'en faire une lecture qu'au 1er degré et négliger la musique, c'est impardonnable!

250px-Draner - La Vie Parisienne, un brésilien

Costume du Brésilien par Draner pour la création


C'est la deuxième fois cette saison que je vois une production de très mauvaise qualité au Théâtre de Paris. Dorénavant j'aurai de sérieux doutes sur la qualité de programmation de cette salle, et j'y regarderai à deux fois avant d'y remettre les pieds!

Théâtre de Paris, 15 rue Blanche, Paris 9ème, le 12 juillet 2012

Lire la suite

la lorgnette: été 2012 - n°2

26 Janvier 2010 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

REPRISE AU THEÂTRE DEJAZET (PARIS 3ème)

JUSQU'AU 15 NOVEMBRE 2012.

Avant de quitter Paris...

Courez voir le dernier spectacle d'Isabelle Georges:

Broadway enchanté!

C'est au petit Théâtre La Bruyère ( Paris 9ème), un très joli spectacle qui nous emmène voyager dans la comédie musicale, américaine bien-sûr, mais pas seulement... Dès que le rideau s'ouvre on a l'impression d'être à Broadway, puis au fil du spectacle on part dans toutes sortes de styles avec humour, fantaisie, et beaucoup de peps. C'est rythmé, c'est gai, par moment cocasse et extravagant.
Isabelle Georges a tout ce que j'aime dans ce genre. Elle chante merveilleusement, comme les chanteuses de Broadway (ce n'est ni petit ni aseptisé...), elle danse et "claquette" avec brio, son jeu scénique est plein d'humour et de facéties charmantes, elle est ravissante, très expressive, j'ai été conquise immédiatement et de bout en bout.

 images-copie-1

Ses 4 musiciens sont excellents. Le pianiste Frederik Steenbrink assure aussi quelques parties de chant, avec talent, mais pas du tout "l'abattage" d'Isabelle Georges, ni sa technique. 

Les costumes sont très réussis:

Ah! sa robe blanche avec le jupon de tulle rouge....

 Les lumières apportent la touche de poésie:  

Ah! le couple en carton qui danse dans la lumière sur le gramophone... 

A voir absolument.  

Jusqu'au 9 août, Théâtre La Bruyère, 5 rue La Bruyère, Paris 9ème

images-1-copie-1 

Avec Frederik Steenbrink, Jérôme Sarfati, Edouard Pennes, David Grébil. 

extraits de Mary Poppins, West Side Story, Chantons sous la pluie, My fair lady, la Mélodie du bonheur....arrangés pour voix-piano-guitare-contrebasse-batterie 

Arrangements:Yann Ollivo et Cyrille Lehn

Scénographie: Nils Zachariasen

Costumes: Axel Boursier

Lumières: Douglas Kuhrt

Son: Xavier Ferri

Paris, 9 juillet 2012

Lire la suite

la lorgnette: été 2012 - n°1

26 Janvier 2010 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

Avant de quitter Paris…..

Rendez vous au Musée des Arts décoratifs pour visiter la magnifique exposition : Louis Vuitton - Marc Jacobs.

Le 1er niveau consacré à la bagagerie Vuitton est un moment délicieux de rêve devant les malles d’autrefois d’un raffinement exquis.

-Les détails de finition sont fascinants.

-On suit pas à pas l’évolution de la toile rayée vers le célèbre monogramme.

-Les cuirs sont merveilleusement patinés (une belle matière est encore plus belle en vieillissant )

-La malle-lit  nous projette directement dans une expédition africaine…

4-3-9ca25

Malle-lit Louis Vuitton en toile Damier - 1891

Le bagage quand il est d’un tel luxe de matière , de conception et d’élégance est un voyage intemporel à lui seul.

Au 2ème niveau, on accède à l’univers Vuitton par Marc Jacobs : collection de robes, de sacs, de chaussures dans une scénographie théâtrale extrêmement raffinée.
L’arrivée du côté fashion-branché dans cet univers classique est une réussite sur tous les plans. Même si je n’aime pas forcément toutes les déclinaisons, Marc Jacobs dans ce contexte est un interprète de la marque qui apporte les codes actuels au classicisme de la maison. C’est très brillant d’intelligence dans la conception, la vivacité , la diversité des propositions. A mon sens, tout travail de création implique un mouvement dans les codes et le grand créateur est celui qui par sa personnalité enrichit ces codes sans les perdre. En tant que musicienne professionnelle, l’esprit créatif dans l’interprétation me parle profondément et je le trouve particulièrement  élaboré chez Marc Jacobs.

Je dis souvent que la mode, à ce niveau de raffinement est un art : en sortant de cette exposition cela me paraît indiscutable.

Mon coup de cœur 

08e1c03a5508f6bccd9f200977e60823

Sac Eye Miss You en toile Eye Love. Monogram créé en collaboration avec Takashi Murakami.

Printemps été 2003

 Je  connaissais cette collection mais je n’avais pas fait le rapprochement avec Takashi Murakami qui est un artiste dont l’univers m’est totalement hermétique. Et bien je peux dire maintenant qu’il ne m’est plus aussi étranger car j’adore cette déclinaison du monogramme !

Jusqu’au 16 septembre 2012 au Musée des Arts décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris 1er

Lire la suite

la lorgnette: si on sortait au théâtre ?

26 Janvier 2010 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

imagesGraphiste affiche: Terence Jones           Photos: Gaspard Leclerc

Quand j’étais adolescente j’ai demandé à être abonnée à la revue avant-scène théâtre. Je recevais donc ma revue comportant le texte intégral d’une nouvelle pièce de théâtre,  je crois tous les 15 jours. L’arrivée de cette revue était pour moi un moment d’enthousiasme très personnel. Je savais que j’allais trouver un  endroit pour m’isoler quelques heures (j’avais la chance de vivre dans une maison où je pouvais trouver de vraies cachettes !) et savourer seule cette nouvelle lecture. Je pense que ce qui me plaisait le plus dans la lecture d’une pièce c’était la facilité avec laquelle je pouvais créer des images, des décors, une scénographie dans mon imaginaire et vivre longuement avec les personnages qui prenaient pied dans ma vie réelle. Même si la lecture était mon passe temps favori le théâtre était plus vivant pour moi qu’un livre. J’ai lu toutes sortes de choses, qui m’ont fait rire, qui m’ont émue, d’autres que je n’ai pas très bien comprises, mais mon enthousiasme était constant. Pour des raisons de place je me suis séparée de ces piles de pièces, je le regrette encore, tant elles ont nourri ma curiosité et mon besoin d’évasion pendant de nombreuses années.

Vu cette semaine, deux pièces à l’affiche depuis pas mal de temps :

- Les liaisons dangereuses, d’après Choderlos de Laclos   au théâtre de l'Atelier/Charles Dullin - Paris

Adaptation pour le théâtre : Christopher Hampton - Adaptation française : Fanette Barraya

Pourquoi cette pièce ?

pour la mise en scène de John Malkovich: 

 exceptionnel !

John Malkovich : il est tout à fait inoubliable dans le rôle de Valmont du célèbre film de Stephen Frears, mais c’est avant tout un grand homme de théâtre. J’ai adoré sa mise en scène : les acteurs sont en permanence en scène. Soit ils sont dans l’action, soit ils contemplent l’action. En contemplant ils échangent des regards qui commentent, ou jouent une situation parallèle, et offrent ainsi de nombreuses actions périphériques: ce qui donne une présence, une diversité et aussi un humour formidable au spectacle. En conséquence, les scènes très dénudées deviennent drôles au lieu de nous plonger dans un voyeurisme de mauvais goût. Les costumes très originaux, mêlant jean et costume de style présentent eux aussi deux visages : le costume fini et le costume inachevé, et apportent dans un premier temps une vision décadente de cet univers, dans un deuxième temps une vision beaucoup plus humoristique. La mise en scène fait fortement ressortir la drôlerie de cet univers pervers, enlève son côté grinçant ou moraliste, c’est épatant, ce n’est pas du tout le parti-pris de Frears: cette vision m’a beaucoup plu. Le casting de comédiens est en tout point réussi. Peu connus pour la plupart, il s’en dégage, je pense aussi grâce à la mise en scène, une forte cohésion de troupe, c’est très palpable et agréable. Je cite Yannick Landrein dans le rôle du Vicomte de Valmont et Julie Moulier dans celui de la Marquise de Merteuil, tous les deux d’une présence saisissante. J’espère au plus vite les revoir sur scène !

Avec: Sophie Barjac: Madame de Rosemonde / Rosa Bursztejn: Cécile de Volanges / Jina Djemba: Madame de Tourvel / Lazare Herson-Macarel: Azolan / Mabô Kouyaté: Chevalier Danceny / Yannick Landrein: Vicomte de Valmont / Pauline Moulène: Madame de Volanges / Julie Moulier: Marquise de Merteuil / Lola Naymark: Emilie

Décor: Pierre-François Limbosch / Costumes: Mina Ly / Lumières: Christophe Grelié / Musique: Nicolas Errèra / Maître d'armes: François Rostain

Théâtre de l'Atelier, mardi 15 mai 2012

 

- Vous avez quel âge ? de Françoise Dorin au théâtre de Paris, rue Blanche

Avec: Jean Piat

La catastrophe: une heure et demi de salmigondis de lieux communs et de vulgarité. Quelques heureuses citations par-ci par-là,  mais  le texte n'a aucune consistance et le comédien non plus. C'est long et je me suis ennuyée du début à la fin: du verbiage de comédien qui s'écoute parler,  mortel! En plus la voix est sonorisée ce qui modifie considérablement l'impact et la mise en scène (Stéphane Hillel) est inexistante. Le texte fait sans cesse allusion à la légèreté, mais la légèreté ça fonctionne s'il y a de la matière, sans matière c'est du vent.
Un spectacle à fuir à toutes jambes....

Théâtre de Paris, jeudi 17 mai 2012 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>