Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la lorgnette d'evelyne

la lorgnette d'Evelyne : 7 ans !

1 Avril 2017 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

Mon blog a 7 ans aujourd'hui !

J'espère continuer longuement a utiliser ce vecteur pour donner envie de chanter, donner envie d'aller écouter du chant, et plus généralement donner envie de découvrir: la musique, la peinture, la littérature, les voyages, sources de richesses sans fin...

EB

Lire la suite

la lorgnette: mon 1er rallye automobile

17 Septembre 2016 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

la lorgnette: mon 1er rallye automobile

Le lady Prestige Tour 2016

1ère édition
9 et 10 septembre 2016

J'y étais !

J'y étais, et c'est là que ça devient un peu surréaliste: j'ai globalement peur en voiture,  je ne conduis jamais, je n'ai même pas mon permis de conduire.
Ceci posé, j'ai adoré participer à cette aventure, j'ai découvert un univers, et un sport beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît: la conduite de régularité.
Les personnes à qui j'en parlais riaient quand j'expliquais que c'était difficile, et bien c'est un tort, parce que c'est difficile. J'étais co-pilote, je devais gérer la lecture du road book - ça ne s'improvise pas, loin de là! -  gérer le tripy qui donne les distances au mètre près, le chrono, le régulateur, tout ça en même temps...Oups, concentration, concentration....

Avec mon amie Virginie, dont c'était aussi le 1er rallye en tant que pilote, c'est comme si nous avions été plongées dans un pays étranger sans en connaître la langue, avec un challenge à relever... ça m'a plu, beaucoup, c'était dur, c'est pas grave, ça ouvre des horizons !

Et puis quelles belles voitures sous les yeux:  porsche boxter, chevrolet corvette, mercedes coupé....les gagantes, les soeurs Hélène et Amélie Bougrier, impériales dans leur alfa roméo spider, la classe !

C'est décidé, on rempile, l'équipe blonde-brune sera sur l'édition 2017 en Bourgogne avec la petite mini rouge si mignonne prêtée par Isabelle ...
 

la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile
la lorgnette: mon 1er rallye automobile

Depuis, je me suis abonnée à Automobelle, le 1er magazine féminin auto moto, et j'ai prévu d'aller début octobre au salon de l'automobile !

la lorgnette: mon 1er rallye automobile

La lorgnette d'Evelyne est conçue comme un « bulletin d’humeur » sur des sujets de toute sorte.

Je n’y défends rien de particulier, ce sont de courts commentaires très personnels sur des évènements ou pensées qui traversent ma vie.

EB

Lire la suite

la lorgnette d'Evelyne: Renoir

23 Août 2016 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

la lorgnette d'Evelyne: Renoir

J'aime visiter des peintures comme j’aime lire, écouter ou faire de la musique. Plus encore, j'ai un plaisir intense à relire un livre que j'ai adoré, écouter Bach et Mozart à l'infini ou revoir des peintures qui m’ont touchée ou questionnée.

Depuis que je passe mes étés sur la Côte Est des États-Unis, j'ai régulièrement l'occasion d'arpenter les musées de New York, Philadelphie, Washington, et à ma surprise, car franchement ce n’était pas ma tasse de thé ( je suis très fan de l’art du XVIIIème siècle ), je me suis mise à apprécier, puis à aimer vraiment un peintre qui jusque-là me laissait un peu indifférente : Pierre-Auguste Renoir.

Des Renoir il y en a partout (j'ai encore dans l'oeil ceux que j'ai vu récemment à l'Hermitage). Aux Etats-Unis on en trouve au Met bien-sûr, à la collection Frick (au pied de l'escalier qui monte à l'orgue), à la collection Philipps un lumineux déjeuner des canotiers, au PMA... mais à Philly c'est à tomber par terre: pas moins de 181 oeuvres figurent à la collection Barnes. 

Je ne suis pas une intellectuelle de l'art et même si j'ai fait des études d'histoire de l’art et d’histoire de la musique, je suis plus intéressée par les œuvres que par leurs auteurs. Ce que j'adore ici avec Renoir c'est l'énormité de la collection, car cette énormité me permet de plonger émotionnellement dans son œuvre, de voir se dégager des touches différentes, des regards différents sur les sujets, des lumières différentes, et comme en musique je me sens emportée par une énorme symphonie qui chemine, atteint des climax, disparaît, revient, et je suis subjuguée.

 

la lorgnette d'Evelyne: Renoirla lorgnette d'Evelyne: Renoirla lorgnette d'Evelyne: Renoir

La collection Barnes est littéralement incroyable. J'avais vu une partie des oeuvres en 1993 lors de l’unique exposition itinérante, de passage au musée d’Orsay.

En 1992, la Fondation décide de prêter exceptionnellement 83 tableaux impressionnistes pour des expositions temporaires afin de lever des fonds pour régler les problèmes de trésorerie. De 1993 à 1995 l'exposition va circuler avec succès de Washington à Tokyo, Paris et Toronto.

Cette exposition m'avait éblouie et je m'étais promis à moi-même de voir un jour l'intégralité de la collection, qui est devenue accessible après le très controversé déménagement du musée dans le centre de Philadelphie en 2012.

Celui-ci étant cantonné auparavant dans un vaste domaine de la banlieue résidentielle de Philadelphie, ses trésors sont restés longtemps ignorés du grand public. Albert Barnes avait de plus stipulé qu'aucune reproduction en couleur des tableaux ne serait autorisée, qu'il serait interdit de les prêter, de les vendre, d'organiser une exposition ou de modifier son accrochage anticonformiste des oeuvres: sans mention du peintre, sans titre, organisé ni par ordre chronologique ni par artiste, mais agencé en ensembles visant à rapprocher l'art de la vie...

Je commence à chaque fois par m'énerver sur cet accrochage complètement disparate: c'est tellement fatigant visuellement de voir juxtaposés des auteurs, des styles différents, sans un concept artistique pertinent qui le justifie (je ne vois pas du tout en quoi cette cacophonie rapproche l'art de la vie), mais passé cet énervement je me concentre sur un peintre - cette année Renoir - et c'est un éblouissement.

Où trouver ces magnifiques Renoir:

-New York : Metropolitan Museum, Frick Collection 

-Philadelphie : Fondation Barnes, Philadelphia Museum of Arts (PMA)

-Washington : Philipps Collection, National Gallery of Art (A Washington les musées de la Smithsonian Institution sont gratuits, NGA est affiliée, mais pas la Philipps).

 

la lorgnette d'Evelyne: Renoirla lorgnette d'Evelyne: Renoirla lorgnette d'Evelyne: Renoir

Je me suis mise à aimer Renoir, mais grâce à ces visites répétées et chaque fois enthousiasmantes j'ai aussi découvert de formidables peintres américains que je connaissais fort peu, voire pas du tout : Glackens, Prendergast, Chase, Whistler, Mary Cassat, Isabel Bishop..

Au plus près du bonheur: n'est-ce pas délicieux de courir maintes fois retrouver des peintures aimées, de les savourer chaque année avec encore plus de délectation, d'en découvrir d'autres, de se mettre à les aimer ?

 

Lire la suite

la lorgnette d'Evelyne: CHERI

20 Août 2016 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

la lorgnette d'Evelyne: CHERI
CHERI, le french bistrot d'Alain Eoche à Harlem.

231 Malcom X Blvd (metro 125th St)

OPENING HOURS

tuesday tu sunday from 5pm to 11pm

Brunch on sat and sun 11am to 3:30pm

Mon amie Chantal m'ayant fortement conseillé d'aller dîner ou bruncher chez son copain Alain à Harlem, j'ai été faire un petit tour chez lui la semaine dernière, et je ne le regrette pas ! Alain s'est installé à New York il y a trois ans après avoir tenu un restaurant à Paris dans le Marais. C'est un chef qui a le culte du bon produit , et aussi le sens de l'ambiance. On passe donc un moment délicieux chez Chéri, pas que dans l'assiette car il sait parfaitement créer un lieu plein de charme et d'attentions, où l'on se sent dans une douce harmonie. Je recommande le brunch du dimanche, à une petite table du jardin...

Alain Eoche (New York): cheriharlem.com

Chantal Fortin (Paris): boutiqueonzeparis.com

 

organic burger, café, mimosa....
organic burger, café, mimosa....

organic burger, café, mimosa....

Lire la suite

la lorgnette d'Evelyne: Marguerite

17 Juillet 2016 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

la lorgnette d'Evelyne: Marguerite

Inoubliable Marguerite

Il y a toutes sortes de manières de visiter des lieux, des musées, des villes...

Je voyage autant que je peux: j'aime ça !  Je visite des musées partout: j'aime ça !

J'ai découvert des lieux merveilleux, des oeuvres d'art qui m'ont émue, ennuyée, interessée... avec des livres, avec des audio-guides, sans rien, le nez au vent....

Et puis j'ai visité Saint Petersbourg avec Marguerite, et mon bonheur de découvrir est devenu un moment unique et inoubliable. Marguerite est une historienne, érudite, qui parle un français de rêve, qui ne tarit pas d'informations de toutes sortes, et quand on commence à fatiguer elle cite Pouchkine, et la magie ne s'interrompt jamais.

Grâce à elle j'ai plongé dans la dynastie des Romanov, j'ai découvert les splendides cathédrales Saint-Sauveur-sur-le-sang-versé, Saint-Nicolas des marins, Saint-Isaac.... les palais des tsars, et le must absolu - L'HERMITAGE - sans être lassée de rien, avec juste l'envie que cette bulle hors du temps continue le plus longtemps possible. 

Quand je faisais mes études d'histoire de l'art à la Sorbonne, notre professeur disait qu'un des musées les plus extraordinaires au monde était le musée de l'Hermitage. Comme elle avait raison !

Chère Marguerite, je n'aurais pas atteint cet enchantement sans vous.

Et merci à toi chère Isabelle, d'avoir "déniché" Marguerite......

 

Les nuits blanches à Saint Petersbourg - juillet 2016
Les nuits blanches à Saint Petersbourg - juillet 2016Les nuits blanches à Saint Petersbourg - juillet 2016
Les nuits blanches à Saint Petersbourg - juillet 2016Les nuits blanches à Saint Petersbourg - juillet 2016
Les nuits blanches à Saint Petersbourg - juillet 2016Les nuits blanches à Saint Petersbourg - juillet 2016

Les nuits blanches à Saint Petersbourg - juillet 2016

Lire la suite

La lorgnette d'Evelyne: Femme entreprenante de l'année

10 Juin 2016 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

Save the date !

Lancement du crowd funding/Opérette sur Cour vendredi 16 septembre 2016

La lorgnette d'Evelyne: Femme entreprenante de l'année
Lire la suite

La lorgnette d'Evelyne: création

1 Mai 2016 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

La lorgnette d'Evelyne: création

Durant le week-end de l'Ascension, à Lisieux, le festival thérésien sera l'occasion d'entendre de la belle musique, créée spécialement pour l'occasion sur la base de poésies de sainte Thérèse.

Il s'agit d'une musique intemporelle qui met en relief le texte thérésien et l'habille de la profondeur et de la richesse harmonique qui lui sied.

Le compositeur est Vincent Lecornier.

"Hier soir a eu lieu une avant-dernière répétition du choeur. Ce fut bluffant, émouvant. Les poésies de Thérèse mises en musique sont justes, profondes. Le choix du compositeur s'est avéré être le bon".

Il s'agit d'un Son et lumière sur le thème : Un ouragan de gloire. Donc, à cela se rajoute une mise en lumière sous forme de projection vidéo sur l'architecture de la cathédrale.

 regarder la bande-annonce, elle est parlante

Ce Son et lumière a lieu du mercredi 4 au samedi 7 mai, tous les soirs à 21h en la cathédrale de Lisieux. 

Lire la suite

la lorgnette d'Evelyne: les supports numériques

27 Mars 2016 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

la lorgnette d'Evelyne: les supports numériques

J’ai passé jeudi 24 mars 2016 une journée fort intéressante à la Cité des sciences, conférence de grande qualité sur le son et les supports numériques, le sujet me concernant autant dans mon métier de chanteuse que dans mon métier d’enseignante (rencontre professionnelle proposée par l’Ariam Ile de France en partenariat avec le RIF et la Cité des sciences et de l'industrie). Le mérite en revient à l’intervenant, conférencier et expert de qualité: Mr Gilles Rettel, formateur, expert, consultant, professeur à l’ESRA, et intervenant pour plusieurs universités.

Je cite: l’utilisation quotidienne des outils numériques a fait évoluer les pratiques professionnelles, spécialement en musique et dans l’enseignement artistique. Aujourd’hui, une quantité de documents sonores, de musiques, de contenus de cours ou d’actions culturelles tiennent sur une clé USB, ou se trouvent disponibles sur un serveur en ligne accessible partout. En revanche la qualité du son, donc de l’écoute proposée, s’est considérablement appauvrie depuis l’apparition de certains supports et formats numériques. Cette régression sonore symbolisée par l’utilisation du format mp3 est pourtant vécue comme un progrès. On peut observer que la nouvelle génération d’enfants et d’adolescents qui fréquente les structures d’enseignement est majoritairement exposée à une écoute via des supports de moindre qualité. L’éducation au son, la découverte de la musique avec des contenus pauvres en restitution sonore amène à se poser de nombreuses questions. De plus, consommée à forts niveaux sonores et sur de longues durées, la musique peut engendrer des traumatismes auditifs.

Voici quelques données volontairement schématiques pour compréhension, retirées de cette journée passionnante:
-la compression audio est une compression de données qui a pour but de réduire la taille d’un fichier audio afin de répondre à la taille de stockage.
-une compression est destructive quand on ne peut pas obtenir les données originales à partir des données compressées.
-la compression informatique (type mp3) dégrade le son puisqu'elle réduit les informations de 90%. C’est violemment destructeur sur toutes les musiques acoustiques, ça l’est moins pour les musiques actuelles qui sont des musiques conçues compressées.
-on appelle musique actuelle tout ce qui est compressé (rock, rap, RnB, musiques électroniques...). La partie savante des musiques actuelles ce n’est pas la composition, c’est le son, et la compression est un outil de création.
-les formats de fichiers de compression sans perte sont repérables à l’extension ajoutée à la fin du nom du fichier, ex: APE, FLAC, Zip, ace…..
-le succès d’une innovation technologique tient à l’aspect pratique, pas à l’aspect qualité.
-en gagnant en diffusion, grâce aux supports, on perd l’impact sensitif.
…..
Il m’est toujours apparu nécessaire, en particulier en tant qu’enseignante, de m’adapter aux évolutions technologiques afin de rester en adéquation avec un aspect sociétal, mais en préservant une notion de qualité. Je dirais donc qu’il ne faut pas oublier les essentiels: 
 
-attention de ne pas passer trop de temps avec des écouteurs sur les oreilles: c’est basique et physiologique, le corps, l’oreille, ont besoin de temps de repos.
-aller aux concerts, aux spectacles vivants....
RIEN ne peut remplacer l’impact sensitif du son réel.
 
N’hésitez pas à consulter le blog de Gilles Rettel pour plus d’informations:
Lire la suite

La lorgnette d'Evelyne: Isabelle

9 Juillet 2015 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

Camille Claudel: la vague - la petite châtelaineCamille Claudel: la vague - la petite châtelaine

Camille Claudel: la vague - la petite châtelaine

La semaine dernière j'ai rencontré Isabelle G, chez elle, dans son extraordinaire hôtel particulier, près de Saint-Vincent de Paul. J'étais là tout à fait par hasard, invitée par une amie commune à un shopping pointu et confidentiel d'une créatrice New Yorkaise qui ne diffuse ni en boutique, ni sur site: c'est dire si c'est pointu !

J'ai été subjuguée: le lieu bien-sûr, pièces vastes et lumineuses, hauteur sous plafond, à la décoration post-Napoléon III, délicatement restaurées, "quatre mois de travail pour nettoyer à l'éponge et l'eau pure" nous dit notre hôtesse.
Les colonnes de stuc, la salle de bain marocaine aux ravissants zelliges verts, les couloirs qui n'en finissent pas, l'escalier aperçu au loin qui mène à la terrasse, la cuisine, tellement éloignée qu'une annexe est nécessaire pour réchauffer si besoin, près du salon de musique transformé en salle à manger...

J'ai eu l'occasion à maintes reprises par mon métier d'être reçue dans des lieux hors du commun (comment pourrais-je oublier à Sydney, le salon de la petite-fille de Paul Claudel, où les sculptures de Camille disséminées un peu partout surgissaient sous mes yeux éblouis...)

Ce qu'il y a de spécial chez Isabelle, et bien c'est elle.
C'est la simplicité avec laquelle elle vit dans ce lieu chargé d'histoire, la simplicité avec laquelle elle raconte les 10 ans de travaux pour sauver du naufrage cet appartement immense, son regard aiguisé de femme d'affaire avisée qui s'illumine quand elle parle d'art et de restauration...
J'ai vécu une soirée particulière, inspirante, totalement sous le charme de mon hôtesse et de son cadre de vie.

Paris, 3 juillet 2015

Eglise Saint-Vincent de Paul - Paris

Eglise Saint-Vincent de Paul - Paris

Lire la suite

La lorgnette d'Evelyne: lendemain

19 Juin 2015 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

La lorgnette d'Evelyne: lendemainLa lorgnette d'Evelyne: lendemainLa lorgnette d'Evelyne: lendemain

Que faire le lendemain d'un concert particulièrement réussi, alors qu'on "grenouille" en pleine retombée d'énergie ? Pour cette fois, j'ai LA solution: se précipiter à l'exposition Jean-Paul Gaultier, au Grand Palais, de préférence en bonne compagnie....

J.P.Gaultier fait partie, avec Saint Laurent et Chanel, de mon panthéon personnel d'artistes de la mode. Je trouve qu'il va bien au-delà du style: il est totalement en prise avec son époque, loin des standards, intégrant la différence, la particularité de différents mouvements et cultures, synthétisant avec génie toutes sortes d'origines, gommant les frontières.

Il faut je pense son immense talent, sa générosité, et son insolence facétieuse pour revendiquer aussi haut la richesse de la différence, dans une époque qui se rétrécit sur la norme et le politiquement correct.
Cette exposition est une plongée dans son univers, un défilé intemporel, plein d'humour
(trop drôles les mannequins animés!), d'une variété de propositions éblouissante (créations haute couture bien-sûr, mais aussi créations pour l'univers du spectacle, cinéma et scène).
Il dit lui-même de son travail qu'il rassemble ce qu'il aime, mixe, matche, collecte et transgresse, puis synthétise cette démarche dans un seul vêtement.

Quels que soient ses choix et ses muses, ses créations semblent aller au plus près de l'être humain, sans aucun jugement, avec beaucoup d'amour et de respect.
 

Paris, 17 juin 2015

La lorgnette d'Evelyne: lendemainLa lorgnette d'Evelyne: lendemainLa lorgnette d'Evelyne: lendemain

Exposition itinérante de passage à Paris au Grand Palais (10ème étape)

1er avril - 3 août 2015

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>