Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la lorgnette: été 2012 - n°1

26 Janvier 2010 , Rédigé par evacor Publié dans #La lorgnette d'Evelyne

Avant de quitter Paris…..

Rendez vous au Musée des Arts décoratifs pour visiter la magnifique exposition : Louis Vuitton - Marc Jacobs.

Le 1er niveau consacré à la bagagerie Vuitton est un moment délicieux de rêve devant les malles d’autrefois d’un raffinement exquis.

-Les détails de finition sont fascinants.

-On suit pas à pas l’évolution de la toile rayée vers le célèbre monogramme.

-Les cuirs sont merveilleusement patinés (une belle matière est encore plus belle en vieillissant )

-La malle-lit  nous projette directement dans une expédition africaine…

4-3-9ca25

Malle-lit Louis Vuitton en toile Damier - 1891

Le bagage quand il est d’un tel luxe de matière , de conception et d’élégance est un voyage intemporel à lui seul.

Au 2ème niveau, on accède à l’univers Vuitton par Marc Jacobs : collection de robes, de sacs, de chaussures dans une scénographie théâtrale extrêmement raffinée.
L’arrivée du côté fashion-branché dans cet univers classique est une réussite sur tous les plans. Même si je n’aime pas forcément toutes les déclinaisons, Marc Jacobs dans ce contexte est un interprète de la marque qui apporte les codes actuels au classicisme de la maison. C’est très brillant d’intelligence dans la conception, la vivacité , la diversité des propositions. A mon sens, tout travail de création implique un mouvement dans les codes et le grand créateur est celui qui par sa personnalité enrichit ces codes sans les perdre. En tant que musicienne professionnelle, l’esprit créatif dans l’interprétation me parle profondément et je le trouve particulièrement  élaboré chez Marc Jacobs.

Je dis souvent que la mode, à ce niveau de raffinement est un art : en sortant de cette exposition cela me paraît indiscutable.

Mon coup de cœur 

08e1c03a5508f6bccd9f200977e60823

Sac Eye Miss You en toile Eye Love. Monogram créé en collaboration avec Takashi Murakami.

Printemps été 2003

 Je  connaissais cette collection mais je n’avais pas fait le rapprochement avec Takashi Murakami qui est un artiste dont l’univers m’est totalement hermétique. Et bien je peux dire maintenant qu’il ne m’est plus aussi étranger car j’adore cette déclinaison du monogramme !

Jusqu’au 16 septembre 2012 au Musée des Arts décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris 1er

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :